Un réseau européen pour faciliter la mobilité éducative !

Lundi 25 février, au SIMA, la FNEDT (Fédération nationale Entrepreneurs des territoires)  réunissait ses homologues et partenaires européens au sein de la CEETTAR : ANEFA au Portugal, BLU en Allemagne et Koneyrittäjät en Finlande.

Ensemble, et avec l’appui de la CEETTAR, ils lançaient un réseau d’organisations professionnelles et d’établissements pour favoriser les mobilités européennes des jeunes en formation vers les métiers des entreprises de travaux agricoles et forestiers.

« Nous avons besoin de jeunes motivés, attirés par nos métiers, nos technologies ! La mobilité européenne est un des leviers car elle permet de découvrir d’autres pratiques pour ensuite anticiper les évolutions de l’agriculture d’aujourd’hui et surtout de demain », a expliqué en introduction Gérard Napias, Président de la FNEDT, puis ajouté « pour nous entrepreneurs, c’est le gage de jeunes ouverts sur le monde, mobiles intellectuellement et capables de s’adapter ».

Après la présentation des systèmes de formation, des diplômes et des centres de chacun des pays, mais aussi du dispositif Erasmus +, la députée européenne Anne Sander a salué cette démarche « qui rapproche les gens, les citoyens, les apprenants, les formateurs : c’est l’Europe pratique et concrète ! Pour s’enrichir des systèmes des autres Etats, nous avons besoin de l’Europe, de coopération ! »

Retour sur un projet que nous avons mis en oeuvre…

La FNEDT, dans sa volonté de participer à l’amélioration et à la promotion des formations avec les ministères en charge et le FAFSEA, nous a demandé de l’accompagner pour créer un réseau d’acteurs européens.

Avec les professionnels Entrepreneurs des territoires, et en dialogue avec les établissements, nous avons dans un premier temps identifié les titres et diplômes à cibler en priorité, puis les pays et organisations professionnelles à inviter à rejoindre le projet.

Ainsi, l’Allemagne pour les travaux agricoles, la Finlande pour les travaux forestiers et le Portugal pour les travaux agricoles et forestiers ont été sollicités.

Le même travail d’inventaire et d’analyse a été mené avec les organisations professionnelles désormais partenaires sur ce projet. Nous nous sommes appuyés sur les référentiels de formation, mais aussi les réalités en termes d’emploi et de débouchés. Ainsi, les établissements de chacun des pays ont pu à leur tour être interrogés sur leur souhait à participer. Nous les avons tous visités, ou à défaut, nous avons rencontré leur équipe de direction et pédagogique.

Il ne restait plus qu’à collecter leurs capacités et leurs souhaits de mobilité tant en termes d’accueil que d’envoi…

En images : la conférence  » MOBILITÉ EUROPÉENNE DES JEUNES EN FORMATION AUX MÉTIERS DES ENTREPRISES DE TRAVAUX AGRICOLES, RURAUX ET FORESTIERS »

  • Gérard Napias, Président de la FNEDT
    "Je suis heureux que vous ayez répondu présents pour, ensemble, faire réussir la jeunesse et à travers elle, nos entreprises."
  • Dr Hartmut Matthes, Directeur Général BLU
    Présentation du BLU et des entreprises de travaux agricoles en Allemagne
  • La salle
  • Gérard Napias, Président de la FNEDT, Anne Sander, députée européenne, Klaus Pentzlin, Président de la CEETTAR.
    Gérard Napias, Président de la FNEDT, Anne Sander, députée européenne, Klaus Pentzlin, Président de la CEETTAR.
  • La salle
    La salle
  • La salle
    La salle
  • La salle
    La salle
  • Simo Jaakkola, Directeur du Koneyrittäjät
    Simo Jaakkola, Directeur du Koneyrittäjät
  • Simo Jaakkola, Directeur du Koneyrittäjät, pour la présentation des entreprises de travaux forestiers en Finlande.
    Simo Jaakkola, Directeur du Koneyrittäjät, pour la présentation des entreprises de travaux forestiers en Finlande.
  • Klaus Pentzlin, Président de la CEETTAR
    Klaus Pentzlin, Président de la CEETTAR
  • Tommi Anttonen, Directeur du centre de formation de Riveria - www.riveria.fi
    Tommi Anttonen, Directeur du centre de formation de Riveria - www.riveria.fi
  • Pedro Serra Ramos, Président de l'ANEFA
    Pedro Serra Ramos, Président de l'ANEFA, présentant le secteur des entreprises de travaux agricoles et forestiers au Portugal, ainsi que les centres de formation partenaires
  • Présentation de Erasmus + par Corinne Lefay-Souloy de l'agence Erasmus + France
    Présentation de Erasmus + par Corinne Lefay-Souloy de l'agence Erasmus + France
  • Anne Sander, député européenne.
    Anne Sander, député européenne.
  • Les intervenants répondent aux questions de la salle
    Les intervenants répondent aux questions de la salle
  • Les intervenants répondent aux questions de la salle
    Les intervenants répondent aux questions de la salle
  • Anne Sander, Klaus Pentzlin et Gérard Napias
    Anne Sander, Klaus Pentzlin et Gérard Napias

 

En PDF, les plaquettes pour chaque pays mais aussi le dossier commun au programme, en versions française et anglaise.

Document commun VF — Mobilité France-Allemagne VF —  Mobilité France-Finlande VFMobilité France-Portugal VF

Bonne année 2019 !

En 2018 on avait dit…

« Objectif 2018 : Le bonheur, ça s’organise ! »

L’effort doit sans doute être poursuivi…

Changer le monde commence quelque part, et c’est juste à côté ! Sinon le climat ou la révolution s’en chargeront… Retrouvez nos vœux 2018, toujours d’actualité !

Nous serons heureux de vous adresser nos meilleurs vœux par voie postale. Laissez-nous un message via le formulaire de contact.

24e controverses européennes à Bergerac

Résultat de recherche d'images pour "controverses de bergerac"

Nous étions aux Controverses européennes, organisées par l’INRA et Agrobiosciences les 10, 11 et 12 juillet. Idéalement organisées au Cloître des Récollets, offrant ombre certes tournante et un cadre des plus inspirants, ces Controverses avaient au programme des tables-rondes et débats pour interroger les prospectives agricoles, interroger un avenir qui se fait moins désirable – « l’avenir n’est plus ce qu’il était… » – et dont les impératifs le rendent toujours plus proche.

Le cloître des Récollets à Bergerac

Des sujets complexes rendus tout à fait accessibles par des pros venus des 4 coins de la France, de l’Europe, de la Méditerranée, croisant les disciplines et les chapelles, en dialogue avec une assemblée participative. Des débats animés, des convictions confrontées, et des apéros chaleureux : pas impossible qu’on y retourne pour la 25e édition !

 

Nous vous proposons nos quelques notes, tout à fait subjectives, prises pendant ces journées riches en informations, découvertes, rencontres, comme en nouvelles bonnes et moins bonnes.

 

Enjeux de la région Nouvelle-Aquitaine et le département de la Dordogne
- 1/4 des agriculteurs en moins en 10 ans
- 2/3 des eaux polluées

Mais l’agriculture reste le 1er secteur économique de la Région.

Le Conseil régional lance une réflexion sur le modèle agricole nouvel-aquitain.
La région souhaite être retenue pour une expérimentation européenne sur la transition écologique, notamment le lieu de recherche dans le département des Deux-Sèvres regroupant 400 fermes.

Plateforme Inra, Sup’agro Bordeaux et LEA : travaux sur les pratiques et innovation.

Objectifs pour l’agriculture régionale à 10 ans : plus respectueuse socialement et écologiquement (dont santé et sanitaire), qui se feront avec la mobilisation du consulaire, des organisations professionnelles et de la formation.

Grande-Bretagne
Progression du poids des questions environnementales par rapport aux questions économique dans les politiques publiques (x3), en faveur de la biodiversité, mais rien n’est fait sur les sols malgré l’alerte de la FAO sur l’appauvrissement des sols qui n’ont de réserve que pour 60 récoltes.
Autre impact de la faiblesse de la biodiversité des sols est l’impact sur les effets de serre (26%)

Philippe Baret (Université de Louvain) :
Attention à la difficulté à reconnaitre les tensions
Les visions du futur dans la Science-fiction
- Les humains se trouvent punis par la nature qui se venge ; une nature divinisée
- Par l’alimentation, la menace se diffuse

2 réactions vis-à-vis d’une futur peu réjouissant :
- Fatalisme, catastrophisme « l’échec est annoncé »
- Geeks technophiles « on trouvera bien une solution »
(en contraste avec la vision du futur des années 60, quand l’avenir était extraordinaire, quand « le progrès portait une majuscule »)

  •  Construire un nouvel imaginaire pour combattre le déficit d’avenir
  •  Chercher de nouveaux critères, autres que ceux du rendement pour d’autres évaluations du désirable
  •  Réhabiliter la culture historique pour prévoir et prévenir


2 grands moments positifs de la prospective (fin 60’s, début 70’s) :
- Le principe de précaution
- La participation citoyenne, la co-construction
« Diriger, c’est écouter beaucoup et parler peu » (M. Crozier)
« Bouddha a de grandes oreilles et une petite bouche » (M. Crozier)

La question d’échelle, de l’initiative locale aux programmes onusiens, les impacts globaux des politiques locales, etc.

  • Les nécessaires aller-retour
  • Les effets réseaux (monopoles, GAFAM, etc.)
  • Les effets tâches d’huile (ex. : printemps arabes) = les principes de la démocratie, agrégation des individus


Voir les travaux prospectifs du Club de Rome (développement durable et empreinte écologique) de 1972, actualisés en 2012. Le rapport de 72, donnait soixante ans (2030) au système économique mondial pour s'effondrer, confronté à la diminution des ressources et à la dégradation de l’environnement, mais si des mesures radicales étaient prises pour réformer le système, la date buttoir pourrait être repoussée.
La prospective selon les intervenants:

- Bertrand Lassaigne, agriculteur bio
J’ai fait mon métier, puis suis revenu à la base : Nourrir ma famille et les voisins avec le surplus. Cela crée des solidarités vertueuses.
- Stephen Fell, agriculteur britannique
Je regarde les marchés et discute avec les acheteurs. Il faudrait développer des marques (labels) pour reconnaitre les produits selon les engagements environnementaux.
- Gaëlle Reynou, viticultrice
Aujourd’hui, mon quotidien c’est surveiller la grêle et autres aléas climatiques. On ne choisit pas nos cépages pour correspondre aux AOC… Il y a 2 ans j’aurais répondu export et nouveaux marchés.

Schémas : tirage par la demande (UK) ou construction de l’offre (agri. bio) / politique de l’offre ou de la demande

- Bertrand Schmitt (Inra)
La prospective agricole prend moins en compte les impacts environnementaux que la prospective économique par exemple…

- Gonzalo Eiriz Gervas (Ministère de l’agriculture, de la pêche, de l’alimentation et de l’environnement espagnol)
La prospective espagnole est au service du monde rural au sens large (y compris la désertification) et fait le tri dans la masse de données produite par les intérêts économiques. La prospective est un service public pour les petits agriculteurs !
Espagne : 1 million d’agriculteurs, 80 000 producteurs, 5 distributeurs

- Bruno Hérault (Chef du Centre d'études et de prospective du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, et conseiller scientifique de Futuribles International)
On fait de plus en plus des analyses de tendances… Une structure lourde et complexe ne peut se réformer suffisamment rapidement malgré sa prose de conscience et sa volonté, problème de masse…

Public :
- Les 3 piliers de l’exploitation agricole : économie + écologie + social. Le social est traité par les CUMA, le comité des fêtes, les solidarités entre voisins... « Je préfère avoir des voisins que des hectares ! »
- Revendication de la Confédération paysanne et des JA : passer de l’aide à l’hectare à l’aide à l’actif
- Question sur le financement de la prospective…

Conclusion :
La prospective, pour se libérer du court-termisme, doit intégrer l’éthique, des « valeurs ».
Les révolutions des « printemps arabes » ont +/- 10 ans.

Tunisie
Une révolution aux origines rurales (problème d’eau, d’accès à la terre, désengagement des politiques publiques, etc.). Depuis, le modèle exportateur demandé par le FMI et l’union européenne, n’a pas évolué.
= Augmentation du chômage rural, abandon des terres
Or, l’agriculture représente :
- 10 à 15 % du PIB (France 2013 : 1,5 %, agri + agroalimentaire : 3,6 %)
- 40 % de l’emploi

- Balance commerciale déficitaire, dépendance céréalière, difficulté à nourrir le bétail, etc.
- Population rurale en augmentation de 2 %/an, sociétés paysannes familiales
- Pauvreté en eau et des sols en aggravation
40 % des exploitants ont plus de 60 ans, plus de 40 % d’entre eux sont analphabètes.
D’ici 30 ans, perte de la moitié des zones irrigables, soit 5 % de la surface agricole utile.

Les partis islamistes sont libéraux :
Les ressources sont affectées à un modèle productiviste de la PAC des années 60, établi avant la compréhension des impacts écologiques, aux seuls débouchés européens alors que l’UE est devenue protectionniste.

Mêmes phénomènes au Moyen-Orient : reprise des terres par des investisseurs, soutenus par les politiques publiques ; l’eau, rente géopolitique (Israël sur le Jourdain aux dépends de la Palestine et de Jordanie / Turquie sur l’Euphrate privant la Syrie et l’Irak).

Maroc, région de Rabat-Salé-Kénitra
80 % des exploitations de dépasse pas les 5 ha, polyculture et élevage.
Augmentation des prix des intrans, et multiplication des intermédiaires de commercialisation.

Syrie
Importante sécheresse de 2006 à 2010.
L’État était jusqu’alors autosuffisant en céréales. Aide demandée tardivement en 2008.
Facteurs aggravants :
- Captation de l’Euphrate par la Turquie
- Augmentation de la population, doublement de la population agricole
- Pas de diversification économique
- Modèle agraire au cœur de la politique du régime, avec des concessions clientélistes des forages
- Passage du socialisme arabe au néolibéralisme, avec un régime autoritaire
- Contre-réforme agraire imposée par le FMI en 2003

= Les vecteurs sont politiques
= Les systèmes politiques sont le 1er obstacle du développement économique, appuyé par les accords internationaux

Situation de rentes des firmes agricoles (qui exportent) aux dépends de la paysannerie sur :
- Le commerce dont import chinois et coréen
- Ressources foncières pour forages en eau (redistribution des fermes d’Etat)
- Les banques (prêts et subventions)

Algérie
- 70 % de la population a moins de 30 ans
- 40 % des jeunes sont au chômage
Dérèglements climatiques :
- Forte canicule en Algérie (jusqu’à 67° ce jour là dans une région),
- Alternance entre importantes inondations et sécheresses, coups de froids détruisant les cultures et le bétail
- Perte de 20 % de la pluviométrie prévue à 30 ans.

Optimisme ?
La volonté des peuples à la transformation institutionnelle, comme en Grande Bretagne, aux Pays-Bas, au Japon, au Cap Vert, etc. par le passé.
Perte de 30 % des insectes, moins d’oiseaux… augmentation des pubertés précoces, hausse de l’infertilité et de maladies
Si les causes ne sont pas scientifiquement identifiées, une inquiétude est grandissante dans l’opinion publique qui interroge la confiance de l’aliment.

Les pesticides ont des effets sur la santé et le microbiote via l’environnement et les écosystèmes. Ces effets ont certains des impacts à 2 générations.
= Les bénéfices présents sont-ils suffisants face aux risques, mal évalués, à 50 ans ?
= Une restauration est-elle possible ?

Concentration de l’innovation et de la recherche : 3 multinationales opèrent de la semence à l’assiette.
Tandis que la recherche publique est très atomisée : 4 agences européennes, nombre d’agences nationales aux moyens très différents.
De plus, l’industriel peut choisir l’état européen pour l’évaluation comme pour les réévaluations des molécules. Ainsi, le glyphosate de Monsanto a été évalué, à 3 reprises, par l’Allemagne.

La question des pesticides interroge notre capacité à produire du sens, comme des stratégies.
Le mot Progrès – nom d’un futur défini commun – est remplacé par le mot Innovation qui ne dit pas où l’on va, qui ne porte pas de projet.
Le changement de paradigme a eu lieu avec l’intégration de l’agriculture dans l’OMC dans les années 2000. Les enjeux politiques sont devenus des enjeux court-termistes de PIB.

Présentation rapide de la démarche Terra-Vitis par une viticultrice de la région.
La certification Terra Vitis a obtenu l’équivalence du niveau 2 de la Certification Environnementale, et est la seule certification de viticulture raisonnée reconnue à ce jour en France.
Principes : protection de la vigne, de l’air, de l’eau, des sols, de la biodiversité, de la santé de l’homme et gestion des déchets.

Conclusions par Philippe Baret (Université de Louvain)
Il faut être :
- Radical
- Cohérent
- Transparent

 

 

 

Salon de l’agriculture 2018

Le 1er mars 2018

Comme 1% de la population française, nous nous sommes rendus au Salon de l’agriculture en mars dernier. Nous y étions conviés par nos formidables clients et partenaires : la FNEDT et le FAFSEA.

Ils organisaient sur le stand du ministère de l’agriculture et de l’alimentation, un événement « école-entreprise » avec la DGER*. Ce fut donc pour nous l’occasion de retrouver les membres des réseaux territoriaux avec lesquels nous menons des actions depuis 2016, de rencontrer les équipes des projets pilotes 2018 qui nous mèneront en un peu partout en France et en Europe, et de réaffirmer l’engagement de tous les partenaires.

Sur le chemin du retour, nous avons croisés veaux, vaches, cochons, couvées et des lapins !

 

* La DGER est la direction en charge de l’enseignement du ministère de l’agriculture et de l’alimentation

Carte de voeux 2018

Chaque année, c’est la même histoire.
Retards
Que dire ?
Et finalement, c’est aussi bien les cartes Unicef, et c’est une bonne action
Un envoi dans la douleur, et l’engagement qu’à partir de maintenant, et pour l’année prochaine, ce ne sera pas comme avant !

Personnellement, nous adorons recevoir des cartes de vœux. De la très originale, à la kitchissime, avec un petit mot c’est encore meilleur.
C’est aussi et surtout l’occasion de se dire des choses différemment, d’un clin d’œil pour maintenir un lien de loin en loin, ou d’affirmer une proximité.

Notre mantra cette année : Le bonheur, ça s’organise !

La voici donc dans son format pdf. Toucher avec les yeux ne vous suffit pas ? On vous l’envoie avec plaisir ! (contact@labande.org – 29 rue des Boulets, 11e)

Carte de vœux réalisée avec les membres fidèles de La bande :

  • graphisme : Laurent Gourdien
  • impression en sérigraphie : Atelier Co-op

Que cette année 2018 soit belle et porteuse…

Carte de vœux 2018 Carte de voeux 2018 - verso

Incroyables engins

Face au circuit des 24 heures du Mans, identifiables de l’autoroute, des tracteurs et autres engins agricoles mettaient un peu de couleurs dans un ciel gris de décembre.

Le salon des ETA (Entreprises de travaux agricoles, mais aussi ruraux et forestiers) a, pendant 2 jours, rassemblé 250 marques de fournisseurs en agro-équipement.
Annoncé comme le rendez-vous incontournable, biennal, attendu par les professionnels des ETA, il n’a pas déçu les néophytes que nous sommes. Il permet notamment de prendre toute la mesure de la spécificité de ces métiers : haute technologie et investissements conséquents.

Nous devons ces découvertes à la FNEDT, Fédération des entrepreneurs des territoires, qui a profité de ces 2 jours pour réunir les professionnels, remettre des diplômes… faire vivre son réseau venu des quatre coins de la France pour l’occasion.

Nous en avons rapporté quelques photos…

 

Plaquette de présentation de La bande organisée

Les cordonniers sont les plus mal chaussés. Fais ce que je dis, fais pas ce que fais. Tant va la cruche à l’eau… non, là, rien à voir.

Nous nous sommes donc pliés à l’exercice d’écriture de la plaquette de présentation, avec 2 membres de La bande :

  • graphisme : Laurent Gourdien
  • impression en sérigraphie : Atelier Co-op

A découvrir dans sa version pdf ci-dessous, et si vous voulez la toucher et apprécier la technique d’impression, nous vous l’enverrons avec plaisir (contact@labande.org).

La_bande_organisee_presentation